Présentation d’Antoun Sehnaoui

Né au Liban en 1972, Antoun Sehnaoui est un banquier et homme d’affaires. Issu d’une famille d’hommes d’affaires et de politiciens grecs-catholiques, il est le petit fils de l’ex-ministre de Beyrouth, Antoun Sehnaoui qui a été nommé ministre en 1964 et député de Beyrouth à différentes occasions. Sa mère, May Chehab, est l’arrière-petite-fille de l’Emir Bachir Chehab II qui a gouverné l’émirat du Mont-Liban durant la première moitié du XIXème siècle.

Antoun Sehnaoui a grandi au Liban, durant la guerre civile qui s’est déroulée entre 1975 et 1990. La Guerre du Liban est un événement qui a forgé le caractère de l’homme d’affaires libanais. En effet, parti un temps à l’étranger pour faire ses études, Antoun Sehnaoui a conservé un esprit patriotique envers son pays natal. Sa volonté principale étant de (re)placer le Liban comme le centre du Moyen-Orient aux niveaux bancaire, financier, médiatique et touristique. Car il faut savoir qu’avant l’émergence des Emirats arabes unis et de Dubaï sur le plan financier, le Liban en était le centre névralgique de la région. Entre son indépendance et le début de la guerre civile qui le ravage de 1975 à 1990, le pays connait une période de relative prospérité économique et une stabilité politique, permises par la forte croissance des secteurs du tourisme ainsi que du secteur des finances et des services (banque, assurances…). Dans cette période, le pays est de ce fait considéré comme le coffre-fort du Levant et comme « La Suisse du Moyen-Orient », en raison de son poids et de sa puissance financière. Le Liban attire alors de nombreux touristes, en grande partie parce que Beyrouth, la capitale, est connue comme le  «Paris du Moyen-Orient». Beyrouth est d’ailleurs classée par le New York Times comme la première ville à visiter pour l’année 2009.

Aujourd’hui, Antoun Sehnaoui oeuvre pour redorer l’image de sa patrie.