Tech / Banque : Des crédits et prêts via des blockchains ?

De profonds bouleversements sont survenus dans le monde bancaire avec la démocratisation du prêt participatif, un phénomène appelé « crowdfunding ». Le marché du « people to people (P2P) continue de pousser encore plus loin cette démocratisation de l’univers du crédit, avec l’internationalisation des participants via la blockchain. Voici un aperçu de perspectives anticipées par les analystes : celles-ci devraient atteindre des sommets à peine croyables d’ici quelques peu.

Des prêts sécurisés qui pensent à chacun

De nouvelles « applications décentralisées » (désignées DApp, une abréviation de l’expression anglophone « decentralized application »), sont dédiées à faciliter l’accès à des prêts entre particuliers comme le prêt personnel.

Des experts ont estimé que ce marché spécifique devait croître à une cadence fulgurante pour atteindre les 200 000 milliards de dollars en 2018. Ces estimations anticipent une croissance à peine croyable… de 53,06 % d’ici 2020.

Ces possibilités font en sorte que des milliers d’individus non-bancarisés et pénalisés auparavant dans l’accès au crédit (comme la génération des « Millennials » de même que les individus résidant dans des pays en voie de développement) accèderaient désormais plus facilement à des prêts.

Cela permettrait par ailleurs que les taux d’intérêt s’avèrent les mêmes partout, grâce au crédit P2P et un fonds mondial constitué par le biais de la blockchain.

Comment cela fonctionne-t-il ?

En recourant à une application décentralisée, l’emprunteur sélectionne lui-même quelles conditions de remboursement s’appliqueront, de même que la prime de risque.

Le prêt est émis en crypto monnaie (les tokens) à laquelle a recours la blockchain. Il s’agit d’un prêt entièrement décentralisé. Ce qui signifie que les données concernant la requête de crédit ne sont stockées sur aucun serveur centralisé. Pour cette raison, il n’est pas possible de bloquer ou modifier un prêt en cours.

Le Forum économique mondial a publié une étude révélant que cette crypto monnaie devraient correspondre d’ici 2025 à 10 % de la richesse mondiale.

Le nombre de demandes de crédit voué à… exploser

Les analystes s’attendent à ce qu’il se produise une véritable explosion de ce type de demandes de crédit.

En effet, les tokens sont voués au financement de n’importe quel besoin, qu’il s’agisse d’œuvres caritatives, de construction de bâtiments d’utilisation publique, d’acquisition de biens personnels, et plus encore.

Un autre atout majeur est tokens est que tout utilisateur est en mesure d’évaluer un bien dans cette crypto monnaie, peu importe sa nature, comme de l’or, une voiture, une maison, des œuvres d’art, etc. Ces biens peuvent être placés sur la blockchain afin de garantir un prêt. Cela fait en sorte que des emprunteurs soutenus par des prêteurs mondiaux jouent sur la concurrence, en ce qui a trait aux taux d’intérêts.

En conclusion

Les nouvelles technologies en lien avec la blockchain ont contribué à la démocratisation du crédit / microcrédit. Ce phénomène prend tellement d’ampleur qu’il est question « d’ubérisation de la finance participative ». Partout à travers le monde émerge une frénésie qui s’avère bénéfique autant aux emprunteurs qu’aux investisseurs.

 

Statistiques Banque de France : https://www.banque-france.fr/statistiques/credit/credit/credits-la-consommation