Le coronavirus met à mal les sites de paris sportifs

Les compétitions sportives ayant été arrêtées afin de limiter la propagation du coronavirus, l’ensemble des sites de paris sportifs se sont donc retrouvés dans l’obligation de stopper leur activité. Les possibles risques d’une seconde vague de contamination pourraient provoquer la prolongation de cette inactivité pour ce secteur déjà durement touché.

Une baisse impressionnante des paris en ligne

Chaque site de paris en direct a durement été impacté par la crise du coronavirus. L’arrêt des compétitions y étant pour beaucoup, car il n’était, dès lors plus possible de parier pour les fans. La plupart des championnats européens de football et les autres disciplines sportives telles que le basket, le tennis, ou encore le rugby ont du mettre un terme aux compétitions et les paris des amateurs et autres habitués n’étaient donc plus possible. De nombreux turfistes se sont également retrouvés orphelins n’ayant plus la possibilité de parier sur leur favori de course.

Pendant la période du confinement, ce sont environ 95 % des paris sportifs qui ont du être annulés du fait de l’arrêt des compétitions majeures. Cela représentant un gros manque à gagner pour les plateformes de paris sportifs pour le premier trimestre, et il faudra attendre la fin du mois de juillet, pour connaître les statistiques du deuxième trimestre 2020.

Quelles alternatives pour les parieurs invétérés ?

La seule alternative pour les parieurs était de se tourner vers le championnat de football biélorusse, qui lui a pu maintenir son activité pendant les deux mois de confinement. Mais de nombreux joueurs ont su tourner la page et se sont dirigés vers d’autres jeux d’argent sur la toile, comme le poker.

Le boom du poker en ligne pendant le confinement

De nombreuses personnes se sont donc tournés vers les tables virtuelles de poker, qui étaient la seule alternative légale pour jouer de l’argent sur Internet. En effet, les paris hippiques et les paris sportifs n’étant plus proposés, les joueurs n’avaient que pour seule solution agréée par l’ARJEL, de jouer au poker.

La fréquentation des sites de poker en ligne a donc explosé au cours des mois de mars et d’avril, d’autant plus que de nombreux adeptes des établissements de casinos réels ne pouvaient toujours pas accéder aux casinos dont les portes étaient restées closes.

Le nombre de joueurs autour des tables de poker virtuel a donc doublé pour le mois d’avril 2020, en comparaison des chiffres du mois de février 2020. Cette hausse de la fréquentation aura permis aux plateformes proposant également des jeux de cercle, de limiter la casse en terme de chiffre d’affaires.