La startup JUUL dans la tourmente

Fabricant de cigarettes électroniques aromatisées, Jull a été récemment contraint à arrêter son activité parce qu’il a été accusé par la FTC (Food and Drug Administration) d’avoir recours à des techniques marketing douteuses afin d’attirer le public jeune. Cette start-up a été la cible de 2 autres enquêtes aux États-Unis.

L’historique de Jull

Ça fait quelques mois que Jull a été dans le collimateur des autorités sanitaires américaines suite à une importante augmentation des pathologies respiratoires. En effet, les autorités ont recensé près 2 000 patients, dont une quarantaine de décès. Même si la molécule responsable de cette situation est encore inconnue, elle a un rapport avec la consommation des pods à la menthe de Jull. Donc, l’agence américaine des produits médicamenteux et alimentaires a fait pression sur la start-up en l’accusant d’en être le responsable. Aussi, l’annonce de Donald Trump en septembre 2019 sur le fait que les cigarettes électroniques ne doivent pas être aromatisées pour protéger les mineurs a fait décider Jull de cesser de promouvoir ces produits. Ce leader des cigarettes électroniques aux États-Unis a annoncé l’arrêt de la vente de ses recharges à la saveur mangue. Au début du mois de novembre 2019, la production de pods au goût menthe qui est la saveur la plus prisée des lycéens américains a été aussi arrêtée. Mais ça s’est passé une semaine après que la société a été pointée du doigt par un cadre d’avoir commercialisé plus d’un million de cigarettes électroniques détériorées. Actuellement, elle va licencier 500 personnes avant la fin de l’année. Mais même si Jull a cessé la production et la vente de ses produits, différents fabricants fiables sont sur le marché comme ADNS Grossiste en e-cigarette.

Jull et sa cible jeune

Dans le secteur du vapotage, la start-up Jull est connue pour proposer des cigarettes électroniques aromatisées aux goûts variés (mangue, pomme, vanille, concombre, menthe…) La première commercialisation a commencé l’année 2015. Les e-cigarettes de la marque ressemblaient à des clés USB. Elles sont stylisées et épurées, et c’est ce qui a contribué à leur succès. Quelques années après son lancement, Jull est devenu le leader du marché de l’e-cigarette aux États-Unis, et ces produits, surtout les aromatisés, sont très appréciés par les jeunes. Mais avec ces campagnes marketing qui se tournent vers une cible jeune, et les autorités pensent que ça pousse les jeunes à vapoter. Ce qui n’a pas arrangé les choses, c’est son programme de prévention affirmant que la cigarette électronique est moins néfaste que la cigarette classique. Certes, c’est intéressant, mais les autorités américaines pensent qu’il n’allait pas dans le sens du fait d’éviter les mineurs de vapoter. Rapidement, elle a été accusée d’inciter les jeunes à fumer que de proposer une solution saine et de pousser les jeunes qui ne fument même pas à prendre de la cigarette électronique. Mais encore, le taux de nicotine dans ses produits est remis en cause. Tout ça a conduit différentes entités à mener une enquête sur ce géant de l’e-cigarette.

Jull a commercialisé près de 13 millions de cigarettes électroniques et 390 recharges aux États-Unis pendant le premier trimestre de 2019. Mais l’arrêt de son activité ne signifie pas que c’est la fin des e-cigarettes, car vous pourrez vous en procurer chez ADNS Grossiste en e-cigarette.